Capture d’écran 2016-04-24 à 00.17.44

Ce chantier mit à jour un tronçon de voie gallo-romaine de 226 mètres, orienté sensiblement nord-ouest.

Certainement que cette voie, eût son importance. Elle venait de l’au-delà de l’entre deux mers, traversait la Garonne à  » Viole « , pour rejoindre la route Galienne à Peyrebidanne, entre BARSAC et ILLATS. Le croisement visible qui subsiste, indique la direction du Pont d’Arcole de construction carolingienne, pour continuer vers le Ciron qui était traversé au lieu-dit  » La Brousse « .

Sur cette voie, il fut trouvé une fibule en bronze datant de 70 ans avant notre ère.

Cette route correspondait avec une autre partie de route découverte aux alentours de MERIGNAC, et elle possède un embranchement menant à ILLATS, appelé la  » voie du jardin « .

Elle fut, semble-t-il très utilisée, comme le montrent les ornières profondes de 70 à 80 cm, et occasionnées par le passage des chariots à roues cerclées de fer. Ces ornières sont disposées en plusieurs rangées de traces parallèles.

Lors des fouilles de 1974, une tranchée fut réalisée dans la voie, à 1,40 m de profondeur, pour permettre de voir sa structure à la base. On a pu ainsi établir une coupe de la route.

Immédiatement au sud de ce tronçon de voie, s’étendait, il y a un an encore, un petit bois, transformé depuis en espace cultivable, où l’on situait le monastère chartreux de la Ronca, qui aurait été construit par les seigneurs Barsacais au XI ème siècle, mais dont il ne reste depuis longtemps rien.

Une association Barsacaise  » Archéologie  » fait revivre de temps en temps ces pierres par une manifestation à caractère culturel.